Communication-Jeunesse
Vous êtes ici  : Accueil > Les brèves

Des écoles habitées

Grâce au programme de résidences dans les écoles montréalaises propulsé par le Conseil des arts de Montréal (CAM), le ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la recherche (MEESR), par l'intermédiaire de son programme Une école montréalaise pour tous et Communication-Jeunesse, les jeunes de trois écoles de la métropole ont eu la chance de côtoyer des créateurs jeunesse chevronnés tout au long du printemps. Retour sur les résidences d'auteur tenues durant trois mois par Steve Beshwaty, Louise Tondreau-Levert et Laurent Chabin.

Résidence de Steve Beshwaty à l'école Lévy-Sauvé à Verdun.

Ce projet d'envergure a permis aux jeunes des classes de 2ème année de réaliser leur propre album...  de super-héros! Pour y arriver, les jeunes ont percé les mystères de l'illustration avec Steve Beshwaty. Expressions, mouvements, vêtements, décor ou encore perspective, rien n'a été laissé au hasard avec l'illustrateur, qui a alterné entre présentations au tableau, activités collectives, jeux, fiches d'activités individuelles, tout ça en sortant une foule de matériel et d'accessoires pour animer le tout.

Pour une des enseignante, Mme Manon, c'était la première fois qu'elle accueillait un artiste en résidence, et on peut dire que ça ne l'a pas laissée de marbre :

« C'est vraiment une superbe expérience, les autres enseignants sont jaloux! Et il n'y a plus aucun élève dans ma classe qui dit qu'il n'est pas bon en dessin, ou pas doué, ou pas capable. »

Pour les jeunes, ce fut une expérience significative, une rencontre privilégiée et un accompagnement personnalisé. Steve Beshwaty a su éveiller l'artiste qui dormait au fond de chacun d'eux, et leur offrir la fierté de repartir avec leur propre album jeunesse!

Résidence de Louise Tondreau-Levert à l'École de la Petite-Bourgogne dans le quartier Petite-Bourgogne.

Les jeunes de l'École de la Petite-Bourgogne ont eu l'occasion de mener à terme deux projets avec l'auteure Louise Tondreau-Levert. Tout d'abord, ils ont découvert sa série « Les bêtises ». Puis, en équipe de trois ou quatre, ils ont imaginé, leur propre version de cette série. Ils ont écrit, puis illustré, entre autres, « Les bêtises des dentistes », « les bêtises des chanteuses » et « Les bêtises de Frankenstein ».

Dans un second temps, l'auteure a souhaité leur faire découvrir des contes classiques... qu'ils ont revisités à la sauce contemporaine! Pour ce deuxième projet, par contre, quelques contraintes supplémentaires étaient de mise. Ils devaient mélanger entre eux différents contes, rédiger un plan de travail, puis piger un mot à intégrer dans leur rédaction. De plus, les histoires devaient toutes commencer par la phrase « Aujourd'hui, je vous raconte l'histoire de... ». Les contes ont ensuite été illustrés. Parmi les créations farfelues qui ont émergé de ce projet, comptons « « Boucles d’or et le petit Chaperon rouge », « Les trois petits cochons et l’inconnu », « La revanche des loups », « Jack et le collier perdu », et « Le papillon qui sauve le petit Chaperon rouge », pour n’en nommer que quelques-uns.

Et, ajout emballant pour les jeunes, au terme de cette résidence, un livre regroupant « Les bêtises » écrites par les élèves devrait être publié aux éditions Dominique et compagnie au cours de l'année. Quelle fierté!

Résidence de Laurent Chabin à l'école Jean-Nicolet à Montréal-Nord.

C'est à un projet ambitieux que les jeunes de 3e cycle de l'école Jean-Nicolet ont été conviés. En abordant le roman policier avec les jeunes, Laurent Chabin avait un objectif précis: développer un projet d'écriture impliquant les élèves et débouchant sur la publication d'un véritable roman.  L’objectif des élèves était, sous la supervision de l’auteur, d’élaborer une intrigue forte inspirée de leur expérience de vie, de développer des personnages crédibles et d’insérer cette histoire dans leur milieu quotidien, celui de Montréal-Nord. En fonction du résultat, l’auteur devant quant à lui rédiger le roman conçu par les élèves et le faire publier.

Les jeunes ont choisi d'orienter leur scénario vers les thématiques de la cyberintimidation, de la méfiance, du mensonge et de la vengeance. À raison d'une journée par semaine, l'auteur menait des séances de travail au cours desquelles les jeunes devaient élaborer progressivement les composantes du roman (scénario, personnages, crime, mobile, indices, etc.). Les jeunes étaient également conviés à des exercices d'écriture au cours desquels ils ont développé des techniques du dialogue, la création du suspense, la description d'un lieu ou d'un personnage, etc.

En dernier lieu, une sortie avec les élèves sur le « lieu du crime » choisi par eux, crayon en main, a permis de montrer in situ comment le réalisme et l’atmosphère sont conditionnés par une connaissance pratique des lieux décrits.

Un contrat d'édition a été signé avec les éditions Hurtubise et le projet devrait voir le jour à l'automne 2017. Les jeunes seront alors conviés à un lancement officiel. Gageons qu'ils seront très fiers d'avoir participé à ce projet emballant!

En ligne : 22 juin 2017

Tous droits réservés © 2004, Communication-Jeunesse. www.communication-jeunesse.qc.ca